« Le Cinéma a du Cœur » : la filière du cinéma s’engage avec les Restos du Cœur !

Une opération inédite au profit des Restos du Cœur  

Dans cette lutte contre la pauvreté et l'exclusion menée sans relâche, les Restos du Cœur se sont rapprochés des organisations professionnelles représentant les salles de cinéma et les éditeurs - distributeurs de films, pour organiser une opération de collecte inédite : « Le Cinéma a du Cœur » qui se déroulera du mercredi 18 au mardi 24 septembre 2019 inclus dans toute la France.

1 euro reversé pour toute place achetée
 

La Fédération Nationale des Cinémas Français (FNCF), la Fédération Nationale des Editeurs de films (FNEF), le Syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens (DIRE) et le Syndicat des Distributeurs Indépendants (SDI) s’unissent pour que la filière du cinéma reverse aux Restos du Cœur 1 euro pour toute place de cinéma achetée pendant cette période, dans les salles participant à l’opération.

Cet euro sera prélevé sur chaque place achetée, sans hausse du prix initial, et sera reversé sans contrepartie fiscale.

1 euro, c’est l’équivalent d'1 repas distribué par les Restos du Cœur.

Ce prix de revient bas, qui comprend le coût du stockage des denrées et la distribution aux personnes accueillies, reflète l’organisation exceptionnelle des Restos du Cœur, l’engagement des 72000 bénévoles à travers la France et celui de tous les partenaires depuis près de 35 ans.


En 1985, 8,8 millions de repas ont été distribués pendant la campagne d’hiver des Restos du Cœur.
En 2018, 130 millions de repas l’ont été tout au long de l’année.
Les Restos du Cœur lanceront leur 35e campagne en novembre prochain, leur mobilisation pour les plus démunis ne faiblit pas !


En introduction au nouveau cycle Patrimoine Skolimowski

Voici un film magnifique de Andreï Wajda, le père du cinéma polonais (Polanski et Skolimowski.

 

Cendres et diamant, 1958

1945, jour de l'Armistice dans une petite ville polonaise, au cœur des combats entre communistes et nationalistes. Un de ces derniers, Maciek, jeune mais aguerri par la lutte armée, reçoit l'ordre de tuer le nouveau secrétaire général du Parti. Mais un mauvais renseignement lui fait assassiner des innocents… Il attend un nouvel ordre lui permettant d'achever sa mission et au gré de ses déambulations dans cette petite ville, il rencontre une serveuse de bar avec qui il va vivre une liaison fulgurante...

 

« Ce film a la force d’une hallucination : en fermant les yeux, certaines images du film  me reviendront en flashback avec la même force que lorsque j’ai découvert le film il y a plus de 50 ans ». Martin Scorsese

 

« Un classique, expressionniste en diable, traversé d’images chocs » LE MONDE

« Le chef d’œuvre de Wajda : l’illusion et la désillusion, l’urgence, le romanesque » LIBERATION

« Cybulski, l’égal d’un James Dean, un Marlon Brando ou un Gérard Philipe » PREMIERE

"Le film au noir et blanc expressionniste et à la mise en scène baroque, multiplie les images chocs... frappant et superbe" TELERAMA

 

 



AFFICHES DE CINÉMA À VENDRE
AFFICHES DE CINÉMA À VENDRE